Sinjiya-ton

Courant 2001, nous avons fait la connaissance de Marie-Ange (présidente de Sinjiya-ton France) et de son mari dans le cadre de notre première adoption au Mali. Grâce à eux nous ferons une nouvelle connaissance quelques mois plus tard, celle de Mamadou Touré, fondateur et président de l'association sinjiya-ton Mali créée en 1997. Mamadou nous surprendra par son engagement pour la cause des enfants déshérités. Présent à la pouponnière de Bamako le jour aux côtés des enfants handicapés, il est également la nuit à la recherche des enfants les plus démunis privés d'un foyer, des enfants privés d'enfance exposés à la violence du monde de la nuit d'une capitale.

Suite à ces rencontres nous resterons en contact épisodiquement avec Marie Ange et c'est lors d'un nouveau voyage au Mali en février 2005 que nous nous retrouverons brièvement dans le hall de l'aéroport de bamako. Elle m'apprendra son bonheur d'avoir créé avec Mamadou "Dalibougou", une maison abritant le siège social de l'assocation et une chambre d'hôte permettant de subvenir aux besoins de l'association. Elle me parlera aussi de son projet de monter un foyer d'accueil de garçons. Ce dernier sera créé quelques mois plus tard dans une maison mitoyenne à Dalibougou portant désormais le nom de Sinjiya-so 1.

En 2006, nous quittons la métropole et du coup perdons contact avec Marie Ange. C'est lors de la préparation de notre grand voyage vers notre deuxième fille adoptée courant 2009 que nous allons renouer le contact car il était évident pour nous que nous ne pourrions pas loger sur Bamako ailleurs qu'à Dalibougou. C'est donc lors de ce voyage que nous avons vraiment apprécié le chemin qu'avait fait cette petite association de sa création en 1997 à nos jours. Courant 2008, un deuxième foyer a pu être créé pour accueillir des filles qui elles aussi se retrouvent de plus en plus nombreuses livrées à elles-mêmes et très souvent dépendantes de réseaux de prostitution. Malgré notre trop bref séjour à Dalibougou nous avons tout de même pu mesurer les difficultés rencontrées par Mamadou et son équipe (26 salariés à ce jour) aux côtés des enfants. La promiscuité dans les foyers n'est pas toujours des plus faciles. Les rapports entre les enfants peuvent se révèler très tendus. De même les foyers sont victimes de leurs succès. Les enfants qui y ont la chance d'y être intégrés vont construire un projet de vie et par conséquent viennent de leur plein grès. De plus en plus souvent Mamadou est obligé de refuser des enfants faute de place. Comment dire non à ses enfants ? Mamadou et Marie Ange mettent tout en oeuvre aujourd'hui pour aggrandir leur structure mais les ressources financières se révèlent insuffisantes et l'instabilité politique du pays n'arrange rien. Difficile de faire des plans de financement avec des ressources incertaines...Seules les partenariats permettent d'apporter une sécurité financière aux projets d'ou notre volonté de plus nous y investir. Connaissants désormais très bien Marie Ange et Mamadou, c'est avec une totale confiance que nous nous engageons à leurs côtés.

Sachez qu'on ne rentre pas indemnes d'un voyage au Mali et de surcroît à Dalibougou aux côtés de ses enfants. On en ressort grandis, mûris avec une perception très différente de la vie. Nous espérons qu'un jour vous pourrez vous aussi vivre une expérience similaire à la nôtre. Votre voyage chez nous sera évidemment l'occasion de vous en parler.

En attendant vous pouvez dès à présent consulter leur site internet et leur blog (accès direct à gauche de l'écran).

 

100E2634.jpg